Vous êtes ici :   Accueil » Resoconto conferenza Bari
 
 

Resoconto conferenza Bari

Conférence européenne de la Union de la Presse Francophone (UPF)

Assises de la section Italie UPF

Bari 28/29/30 septembre 2022

COMPTE RENDU

La toute récente section italienne de l'UPF a récemment reçu son "baptême" dans la ville de Bari, avec la première réunion sur Les défis de l'information dans l'Europe d'aujourd'hui et de demain et ses répercussions sur le marché local. Face à la numérisation de la profession et aux récents bouleversements de l'équilibre mondial, à la pandémie et à la guerre en Russie, le besoin d'informations libres et authentiques et de plateformes virtuelles qui soutiennent le vrai journalisme est plus urgent que jamais. L'information doit être fiable et ne peut pas être traitée par un algorithme, en particulier des algorithmes cachés dans une boîte noire, car le vrai journalisme est la base du maintien de la démocratie.

Palazzo_regionale.jpgLe 28 septembre a commencé un événement de trois jours qui s'est déroulé dans le bâtiment futuriste du Conseil régional des Pouilles et s'est terminé dans l'élégant Palazzo Gironda, une résidence noble du XVIIe siècle, qui abrite aujourd'hui l'Alliance française, dont l'histoire incarne parfaitement l'esprit de la section italienne, évoqué à plusieurs reprises lors de la présentation de son Président, ancien Président de la Presse Étrangère en France, Alberto Toscano, c'est-à-dire la volonté de mettre en avant la relation particulière entre ces deux nations et ces deux langues sœurs. Le Palais en 1964 avait déjà accueilli l'Association Culturelle Italo-Française, grâce à la générosité du prof. Alberto Milella Chartroux, et sur le linteau de son entrée Renaissance on lit : "DUM PROBUS INSONS RECTA HUC DEVOTIOR HOSPES" (l'invité trouve ici un logement tant qu'il est droit et irréprochable), presque un rappel de la valeur éthique qu'est le journalisme lutter pour garder.

Avec l'organisation et la médiation du président-fondateur de l'UP- Italie, de sa secrétaire générale, Maddalena Tulanti, de la secrétaire générale de l'UPF internationale Zara Nazarian, récemment réélue, et en concertation avec l'UIJPLF, la section de l'UPF du Val d'Aoste, en la personne de son président Joseph Péaquin, les travaux ont commencé autour de 4 tables rondes qui ont abordé divers sujets, des difficultés des régionalismes à survivre, à la montée et au danger des fake news, à l'avenir de la presse écrite, de télévision et radio vis-à-vis du grand web.

Consiglio_regionale.jpgDans l'introduction générale, Loredana Capone, présidente du Conseil régional, a remercié les représentants des bureaux institutionnels qui ont rendu cette rencontre possible : Michele Emiliano, président de la Région des Pouilles qui nous a accueillis en vidéo, le maire de Bari Antonio Decaro, Lorena Saracino , président de Corecom Puglia - rappelons que Corecom sont des branches opérationnelles d'Agicom - le consul de France dans les Pouilles Stefano Romanazzi, Maria Grazia Porcelli, vice-présidente de l'Alliance française et Piero Ricci, président de l'Ordre des journalistes des Pouilles.
 Le président A. Toscano a ensuite profité de l'occasion pour rappeler quelques Apuliens d'exception liées à la France comme le peintre De Nittis de Barletta, l'écrivain Ricciotto Canudo de Gioia del Colle et le styliste Ungaro de Villafanca. Était également présente à l'ouverture de la rencontre la journaliste française Marcelle Padovani, dont le lien avec l'Italie est ancien, ayant travaillé de nombreuses années à Rome pour le Nouvel Obs. Alors que Gabriel Nissim, président de la Gariwo-Forest de la Fondation des Justes, a amené une invitée exceptionnelle, Zoja Svetova, une journaliste russe de Novaya Gazeta, qui, ayant fait l'expérience directe de la guerre actuelle, a parlé du métier de journaliste non seulement en tant que narratrice et défenseur de la liberté d'expression, mais en tant que personne qui s'engage à prendre soin des êtres humains dont les droits à la liberté sont bafoués. Nissim, a cité la loi européenne sur la liberté des médias adoptée en septembre, expliquant comment cette loi doit devenir un modèle moral international, l'Europe doit devenir un modèle, une Europe qui se désintègre face aux défis qui viennent de la guerre en Ukraine. Seule l'Europe incarne cette conception de la liberté inconnue des géants comme la Chine ou la Russie, où la liberté de la presse est considérée comme "un fantasme bourgeois de l'Occident". Comme le rappelle Padovani, plus de 900 journalistes ont été tués depuis 1945 et au moins 32 depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine le 24 février 2022.


Le premier thème, celui des minorités linguistiques qui tendent à disparaître, a vu Françoise Gadet, professeur émérite de linguistique à l'université Paris-Nanterre, parler d'une véritable guerre pour imposer sa propre langue, après celle physique et religieuse.
 Cette discussion, qui avait également un modérateur exceptionnel des Pouilles, l'éditeur Alessandro Laterza, s'est déroulée en partie en deux langues. Les maires de Faeto et Celle San Vito, Michele Pavia et Palma Maria Giannini, ont présenté leurs discours en franco provençal, expliquant comment davantage de financements sont nécessaires pour ces réalités linguistiques particulières.
Giannini nous rappelle une fois de plus comment la France et l'Italie sont interconnectées à travers l'histoire, en fait ces réalités existent parce que les soldats français de Provence appelés par Charles Ier d'Anjou pour libérer la région des Sarrasins, se sont installés ici.
Exposés des Valdôtains Enrico Martial, secrétaire UPF Valdôtain de Cristina Deffeyes, journaliste valdôtaine et Elena Landi, vice-présidente de la section valdôtaine qui est intervenue pour parler de la diversité de la langue walser en Vallée d'Aoste, en fait composée de deux variantes celle d'Issime et celle de Gressoney.
Tore Cubeddu, fondateur d'Eja TV, la première télévision en langue sarde, a tenu à souligner que pour une langue qui compte un million deux cents locuteurs, un seul million d'euros est alloué, alors que la BBC uniquement pour l'Ecosse, avec ses 35 000 locuteurs, alloue 10 millions. Les lois 482 et 5, qui réglementent la matière, devraient être renforcées et mises en œuvre afin de ne pas risquer de perdre ces différences.
L'éducation aux médias représente une réponse possible, c'est-à-dire que l'apprentissage du numérique et de l'anglais à l'ensemble de la population pourrait sensibiliser le grand public, pour cette raison, nous devrions nous inspirer des Français qui ont créé le CLEMI, un organisme qui s'occupe de la mise en œuvre les compétences numériques de l'ensemble de la population. A cet institut les Britanniques sont également inspirés et les Italiens devraient le faire encore plus. Si les instances institutionnelles ont besoin de temps pour réguler l'information en ligne, du moins pour l'instant, les citoyens doivent se défendre par une meilleure connaissance, ils doivent reconnaître eux-mêmes les fake news. À une époque où les citoyens écrivent aussi, voir l'expérience du Guardian à cet égard, l'éducation aux médias est l'une des clés du succès.
Les fausses nouvelles sont malheureusement un effet secondaire du pluralisme de l'information en ligne, et doivent également être réglementées par les organisations existantes, comme l'Angleterre tente de le faire avec l'Ofcom, alors qu'en Italie, ce pourrait être l'Agicom. L'écrivain Pino Bruno a animé cette deuxième session précisément sur les fake news, qui mérite une étude encore plus approfondie en raison de la densité du sujet, probablement une deuxième session.
Fiorenza Sarzanini, directrice adjointe du Corriere della Sera, est intervenue en rappelant qu'avant les journalistes allaient à la source, alors que maintenant c'est la source elle-même qui déforme l'information, car on va de moins en moins sur place et les sources sont souvent twitter ou les différents blogs, et la course contre la montre, voire contre les clics, ne laisse souvent aucune place aux contrôles. Il Corriere fait partie de ces journaux qui préfèrent retarder l'information mais vérifier, en accordant plus d'importance à la crédibilité du journal, à la fiabilité plutôt qu'à la rapidité, comme devrait le faire un journalisme sérieux. Il Corriere utilise un accès payant, tandis que d'autres journaux en ligne sont gratuits, par exemple Firstonline et Fanpage, dont les directeurs Franco Locatelli et Francesco Cancellato, ont évoqué les difficultés rencontrées si vous n'avez pas de financement pour le web également. du clickbaiting et du SEO, sans oublier que lorsqu'il s'agit de financement il y a aussi un risque de poursuites pénales.
Les clics ne peuvent être confiés à des algorithmes inconnus, des organismes indépendants doivent vérifier et connaître les algorithmes et les grandes plateformes comme Google et Facebook doivent collaborer. Les fact-checkers eux-mêmes ne sont pas toujours fiables et l'IA ne peut remplacer le travail humain d'un journaliste qui doit être critique et dignement rémunéré. Les grandes plateformes en ligne ont besoin de transparence, comme les sources des journaux, car elles sont aujourd'hui aussi des éditeurs. Un signe positif et encourageant à cet égard est l'approbation récente des services numériques. En attendant les financements publics, les lecteurs pourraient payer une actualité de qualité, pas un abonnement complet peut-être, mais un seul article par exemple, pour n'avoir qu'une information de qualité, ce qui évite une double vitesse de l'information et par conséquent de la démocratie.

Gilles_Gressani.jpg Présent au débat Gilles Gressani le fondateur et directeur du jeune magazine géopolitique en ligne Le Grand Continent, fruit des nouvelles technologies. Gressani souligne la nécessité pour le journalisme de ne pas être un mégaphone et de vouloir plutôt un journalisme qui comprend les faits et qui n'est pas sensationnaliste. Pour cette raison, écrivant sur la Russie, ils ont pris soin d'enquêter, par exemple, sur le spin doctor (consultant en image) de Poutine. Il a été noté que les fausses nouvelles augmentent généralement de 500% lors d'élections politiques (celles de Trump en ont été le premier exemple frappant) ou d'une guerre. Pour cela, il faut des sanctions morales dans le journalisme, comme le suggère Jean Kouchner, administrateur du conseil de déontologie de l'École française de journalisme.
Les deux derniers tableaux réfléchissaient à l'avenir de la presse écrite, de la télévision et de la radio. Concernant l'imprimé et son déclin par rapport au numérique, l'exemple du journal Il Sole 24 ore a été pris, dont les ventes papier sont aujourd'hui inférieures à 30 000 exemplaires nets d'abonnements. Cela semble incroyable, mais cela ne signifie pas que le papier doit disparaître. Annamaria Ferretti, directrice du kiosque à journaux du Sud, un journal né il y a un an, a parlé d'une meilleure situation pour le papier imprimé dans le restaurant, tandis que Rosario Tornesello, Quotidiano di Puglia, a dénoncé le piratage subi par les journaux, qui sont désormais facilement accessible sur Telegram, et cite Philippe Mayer qui avait prédit la disparition de la presse écrite en 2043. Probablement que les deux réalités finiront par coexister, un équilibre sera probablement atteint, même si désormais nous traversons une phase transitoire d'ajustement.
Y compris les téléviseurs doivent s'adapter à la transformation numérique. Les frontières entre sites web, blogs et chaînes youtube sont de plus en plus poreuses, constate Philippe Dessaint, ancien directeur de la chaîne satellitaire française TV5 qui diffuse sur les 5 continents. Les dernières nouvelles risquent de s'ouvrir, au risque d'une crise d'identité dans la profession. Les gens ne sont même plus sûrs des morts. En allant sur le terrain ces erreurs étaient évitables, on se retrouve dans un flux continu d'informations et on risque, comme évoqué précédemment, une information à deux vitesses qui est antidémocratique, puisqu'elle favoriserait la classe moyenne supérieure de la population, celle qui a fait des études et signifie des économies plus élevées, marquant d'une certaine manière la défaite de la classe moyenne.
La radio, quant à elle, bénéficie d'une position privilégiée, un peu comme les journaux locaux et les télévisions, qui conservent leur créneau d'audience. Salomon Malka, journaliste radio de JFM et de la radio juive française, et le directeur de la télévision locale des Pouilles Telenorba, Enzo Magistà, sont présents à la conférence.
Pour cette raison le dilemme du prisonnier, cité par Felice Blasi, vice-président de Corecom, où la réponse la plus rationnelle n'est pas toujours la meilleure, et pour lequel le journalisme serait un enfer dans lequel le choix tomberait toujours en faveur de la rapidité plutôt que de la qualité, elle ne doit pas nous faire oublier, dit le président de l'UPF Italie vers les conclusions, que ceux qui ont une âme restent en vie. Le journalisme doit poursuivre et se fonder sur la clarté, la compétence et l'indépendance mais aussi l'imagination, celle qui nous fait surmonter les défis les plus difficiles et dont les machines manqueront toujours, ce qui rend l'être humain irremplaçable dans un métier comme celui-ci.
Peu avant de partir, nous avons reçu les salutations en vidéo d'Aurélie Filipetti, qui était ministre de la Culture et de la Communication, et rappelé en vidéo un membre exceptionnel de l'UPF qui n'est malheureusement plus des nôtres, le journaliste Luciano Ceschia.

L'UPF, depuis cette année sous la présidence d'Anne-Cécile Robert, est une ONG reconnue auprès des organisations internationales telles que l'ONU, l'UNESCO, l'ACCT, etc. et est né en 1950 d'une initiative canadienne-française. Il s'agissait du premier rendez-vous de la section italienne, qui a réuni des dizaines de professionnels autour des grands enjeux de la communication d'aujourd'hui, et qui, nous l'espérons, comptera bientôt des centaines de participants, réunis au plus vite pour le prochain rendez-vous.

Catia Ronzoni


Date de création : 11/10/2022 18:14
Catégorie : -
Page lue 141 fois